« Comment croire qu’une religion dont toute l’architecture repose sur le caractère immuable de ses lois puisse être progressiste ? »

Dans son dernier ouvrage A mon corps défendant, l’Occident, Chahdortt Djavann tente de réveiller une opinion publique occidentale insouciante, naïve ou endormie face au danger islamiste.

« Comment croire qu’une religion née il y a mille quatre cents ans en Arabie, et dont toute l’architecture repose sur le caractère immuable des lois qui la constituent, puisse être une religion progressiste ? » Quant à savoir si les dogmes islamiques sont, dans une société moderne, « compatible(s) avec la démocratie : la réponse est non ! (…).

Chahdortt Djavann ne comprend pas la « tolérance » occidentale – et française. (…) Elle comprend encore moins que l’Etat s’interroge sur un éventuel financement de mosquées sur le territoire national. Les mosquées ne sont pas « de simples lieux de culte, ils sont une institutionnalisation de l’islam en France ». [Lire le texte intégral]

Publicités
Publié dans Chahdortt Djavann, l'essentiel. Étiquettes : . Commentaires fermés sur « Comment croire qu’une religion dont toute l’architecture repose sur le caractère immuable de ses lois puisse être progressiste ? »

Le voile, étendard de l’islamisme

Publié dans Chahdortt Djavann, l'essentiel. Étiquettes : , . Commentaires fermés sur Le voile, étendard de l’islamisme

Iran, islam et totalitarisme

Plusieurs années de « dialogue » et de gesticulations diplomatiques ont prouvé la détermination du régime islamique à poursuivre un but bien précis : exporter son idéologie islamique totalitaire. Nul n’ignore le rôle du pouvoir iranien dans l’expansion mondiale de l’islamisme, son aide économique, militaire et logistique au hamas, au djihad islamique, au hezbollah, aux milices irakiennes, à al-Qaida et à la mouvance islamiste mondiale, qu’elle soit sunnite ou chiite. Ce régime a aussi, via ses agents d’influence, un rôle néfaste dans les banlieues européennes.

Le problème n’est pas seulement le fait que l’islam soit la religion d’État, le problème est que l’islam est l’État. Cette idéologie, pire que celle du communisme ou du nazisme, a des ambitions mondiales et veut implanter le drapeau de l’islam politique dans le monde. [lire le texte intégral]

Publié dans Chahdortt Djavann, l'essentiel. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Iran, islam et totalitarisme

Chahdortt Djavann à Udine (Italie) – Mai 2007

Plus d’info (en italien) : http://casbah.wikidot.com/djavann

Publié dans Chahdortt Djavann, l'essentiel. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Chahdortt Djavann à Udine (Italie) – Mai 2007

«Porter le foulard ici est un appui aux dictatures islamistes qui imposent la burka là-bas»

Dans tous les systèmes les plus barbares, on voile les femmes. Pourquoi le supporte-t-on [en Europe] ? Parce qu’il s’agit de femmes et de musulmanes. Au nom de la différence culturelle ? Pourquoi ne pas accepter la lapidation et l’excision en ce cas ? Dans tous les pays musulmans, il y a des mariages de jeunes mineures avec des messieurs vieillissants. C’est une différence culturelle, n’est-ce pas ? Mais ici elle est considérée comme un délit : la pédophilie. Qu’en pensent ces intellectuels et les islamologues ?

Si, aujourd’hui, des jeunes juifs commençaient à porter l’étoile jaune, en clamant  » c’est ma liberté  » ; si des jeunes Noirs décidaient de porter des chaînes au cou et aux pieds, en disant  » c’est ma liberté « , la société ne réagirait-elle pas ?

« Entre la burka et le foulard coloré, la signification est la même. Parler de foulard, de bandeau n’est qu’une lâcheté sémantique, c’est une misérable ruse rhétorique. De plus porter le foulard, ici, est un appui aux dictatures islamistes qui imposent la burka là-bas. Le voile est l’emblème même du dogme islamiste. L’islam peut tout à fait vivre sans, mais il n’y a pas de pays islamistes sans le voile.  » [lire le texte intégral]

Publié dans Chahdortt Djavann, l'essentiel. Étiquettes : . Commentaires fermés sur «Porter le foulard ici est un appui aux dictatures islamistes qui imposent la burka là-bas»

La République française doit reconnaître le port du voile pour les mineures comme une maltraitance »

« Quoi de plus injuste, de plus aliénant, que d’infliger à une adolescente l’enfermement sous le noir et la honte de son corps parce qu’il est féminin. Le voile n’est pas moins grave que l’excision. Il n’y a pas de jour avec et de jour sans, la jeune fille devient un « être sous le voile ». Ca fait partie de son être social, psychologique, sexuel, personnel. En voilant une fille, on lui inculque son infériorité, la culpabilité de sa sexualité et, surtout, on lui dit qu’elle n’est pas dans le droit, qu’elle n’a pas le droit. (…) La République française doit reconnaître le port du voile pour les mineures comme une maltraitance. Les parents et tous les adultes qui incitent les filles à le porter doivent être sanctionnés. » [lire le texte intégral]

Publié dans Chahdortt Djavann, l'essentiel. Étiquettes : . Commentaires fermés sur La République française doit reconnaître le port du voile pour les mineures comme une maltraitance »

Si les hommes adorent tant le voile, ils n’ont qu’à le porter eux-mêmes.

Le voile, imposé aux enfants, opère une véritable perturbation psychologique autant intime que déstructurante. Il faut l’interdire pour les mineures. Non pas en invoquant la laïcité mais, plus simplement, par respect des droits humains.

Aux femmes fanatiques de leurs voiles, Djavann lance :« Elles sont adultes. Elles peuvent même enfouir leur corps dans une couverture en laine par une chaleur de trente-cinq degrés. Si ça les fait jouir, c’est leur affaire. » Qu’elles aillent, non pas au diable, mais en Afghanistan ! Le port du voile y est si doux… Et puis, si les hommes « adorent tant le voile, ils n’ont qu’à le porter eux-mêmes. »

Où sont ces intellectuels de salon complices de la barbarie islamique quand, en France, on force des fillettes à se murer dans une prison portative ? Que disent-ils quand, de fait, des enfants de 10 ans sont réduites au statut d’un objet sexuel à préserver pour la jouissance du futur mari ? Le droit à la différence, l’expression de la foi (quelle foi ? celle d’entériner l’infériorité de la femme ?), le refus de l’exclusion à l’école : voilà leurs lâches démissions, oubliant toutes celles, beaucoup plus nombreuses, qui sont contraintes à la porter.

Publié dans Chahdortt Djavann, l'essentiel. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Si les hommes adorent tant le voile, ils n’ont qu’à le porter eux-mêmes.