Le cri d’alarme d’une iranienne

Femme, intellectuelle et iranienne, Chahdortt Djavann réinvente la figure du « dissident » tel que feu l’Union soviétique en produisait avant la chute du mur de Berlin. Comme les Boukovski, Glouzman, Gorbanevskaya des années 1980, cette écrivaine combat l’islam politique avec les seules armes à sa disposition : les mots. A mon corps défendant, l’Occident s’ajoute aux conférences, articles et analyses que l’auteure a déjà produits – en sus de son travail d’écrivain – pour réveiller une opinion publique occidentale insouciante, naïve ou endormie face au danger islamiste en général, et atomique iranien en particulier.

Bien que la philosophie politique ne soit pas son métier, Chahdortt Djavann pense juste. Peu importe qu’elle bricole sa définition du totalitarisme islamique à l’aide du Petit Robert ou d’un article du Monde, ses cris viennent du coeur autant que de la raison : « Comment croire qu’une religion née il y a mille quatre cents ans en Arabie, et dont toute l’architecture repose sur le caractère immuable des lois qui la constituent, puisse être une religion progressiste ? » Quant à savoir si les dogmes islamiques sont, dans une société moderne, « compatible(s) avec la démocratie : la réponse est non ! (…) » D’ailleurs, affirme-t-elle, toute religion juive, chrétienne ou autre qui se mêlerait de prendre le pouvoir engendrerait un système totalitaire. Mais comme l’islam est son sujet, « la question qui se pose vraiment est de savoir si les musulmans ont la capacité de remettre l’islam à sa place, c’est-à-dire dans le domaine privé ». Lire le reste de cette entrée »

Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Le cri d’alarme d’une iranienne

Le voile, étendard de l’islamisme

Publié dans Chahdortt Djavann, l'essentiel. Étiquettes : , . Commentaires fermés sur Le voile, étendard de l’islamisme

L’Iran, régime aux pieds d’argile

La crise nucléaire iranienne n’aura pas de fin heureuse. Les mollahs veulent la bombe et ne reculeront devant rien. Plusieurs années de « dialogue », de gesticulations diplomatiques, de politique de « la carotte et du bâton » et, surtout, l’inefficacité des sanctions ont prouvé la détermination du régime islamique et la faiblesse de la diplomatie face à un régime qui poursuit un but bien précis : exporter son idéologie islamique totalitaire (ce que l’Occident nomme l’« islamisme »).
La bombe atomique est le meilleur garant de ce projet. Nul n’ignore le rôle du pouvoir iranien dans l’expansion mondiale de l’islamisme, son aide économique, militaire et logistique au Hamas, au Djihad islamique, au Hezbollah, aux milices irakiennes, mais aussi à al-Qaida et à la mouvance islamiste mondiale, qu’elle soit sunnite ou chiite, qu’elle soit djihadiste ou terroriste. Lire le reste de cette entrée »

Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur L’Iran, régime aux pieds d’argile

Le voile n’est pas moins grave que l’excision

En Iran, Chadortt Djavann a porté le voile pendant dix ans. C’était ça ou la mort. Qu’on l’accepte en France met l’auteure en colère.

Chahdortt Djavann, jeune femme frêle de trente-cinq ans, tombée sous le charme de la langue française quand elle est arrivée de son Iran natal, il y a douze ans, a trempé sa plume dans l’acide pour écrire Bas les voiles ! (1). Elle-même voilée de treize à vingt-trois ans, Chadortt Djavann est bouleversée de découvrir dans les rues de son pays d’accueil de plus en plus de jeunes filles la tête enserrée par un tissu sombre. Et elle est en colère contre certains intellectuels français qui, au nom du respect de la différence culturelle, se rendent complices, à ses yeux, de l’action des islamistes. Virulente, la jeune femme en appelle à la raison, à la laïcité et au respect des droits de l’homme pour interdire le voile, non seulement à l’école, mais dans toutes les institutions républicaines et sur tous les lieux de travail. Et partout en ce qui concerne les mineures. Lire le reste de cette entrée »

Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Le voile n’est pas moins grave que l’excision

Lettre aux nouvelles voilées

Etrange semaine ! Les images insoutenables d’Envoyé spécial : la lapidation de femmes iraniennes, l’arrachement de l’œil coupable…Hani Ramadan, le frère de Tarik, chantre officiel de la lapidation de la femme adultère, est invité à l’UNESCO ; les islamistes ont organisé leur deuxième défilé de mode féminin. Etrange semaine où les masques sont tombés, mais où l’on a pu mesurer la perversité du double langage auquel ont recours les islamistes pour défendre l’oppression des femmes au nom de la liberté individuelle et la barbarie religieuse au nom de la liberté culturelle. Lire le reste de cette entrée »

Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Lettre aux nouvelles voilées

« Islamophobie », un terme inventé par les mollahs iraniens

Les islamistes ont opéré un tour de passe-passe qui est un véritable exploit : ceux qui critiquent dans la religion ses aspects les plus totalitaires se voient traités, sous le nom d' »islamophobes », de racistes et de xénophobes, au même titre que des militants d’extrême droite. Quand les mots perdent leur sens, la déraison triomphe.

Le terme d’ « islamophobie » fut inventé – on ne le dit jamais – par des mollahs iraniens juste après la révolution islamique. L’islamophobie fut l’anathème jeté sur les quelques centaines de milliers d’opposants que le régime islamiste a éxécutés. Tous ceux qui n’adhérèrent pas au régime islamiste furent considérés comme islamophobes, ennemis de l’islam, et furent mis à mort sans avoir droit au un procès.

L’islamophobie résume l’idéal totalitaire d’un régime islamiste pour qui tout opposition est considérée comme une atteinte à l’islam et à ce titre justiciable de la peine de mort. Parler d’islamophobie, à propos de ceux qui critiquent les dogmes de l’islam, c’est évidemment entrer dans le jeu des islamistes. On peut s’étonner qu’un certain nombre d’intellectuels et de politiques, et à leur tête le MRAP, aient entériné sans sourciller, en France et en Europe, l’usage d’un terme qui a tout d’une machine de guerre idéologique.

Chadortt Djavann, extrait de « Que pense Allah de l’Europe ? « , Gallimard, 2004

Publié dans Chahdortt Djavann, l'essentiel. Étiquettes : , . Commentaires fermés sur « Islamophobie », un terme inventé par les mollahs iraniens

Entretien avec Chahdortt Djavann , par I. Moryoussef

«Aujourd’hui en France, il y a des islamistes plus dangereux que ceux des pays musulmans. Et quand je pense qu’ils sont devenus les interlocuteurs des pouvoirs publics !… »
Un entretien choc, comme le livre-cri que Chahdortt Djavann, jeune romancière d’origine iranienne, a publié chez Gallimard . En une cinquantaine de pages, dont le premier jet a été écrit en trois jours, elle dénonce le voile et ses défenseurs en France : les islamistes et leurs complices, intellectuels « tolérants » et hommes politiques démissionnaires.

Pour « proche-orient », C. Djavann livre également avec force sa vision des politiques français qui, selon elle, « laissent parler la peur au lieu de s’en tenir au droit », elle commente l’attitude la Commission Stasi sur la laïcité, pour conclure :  » J’aimerais qu’on se réveille ici en France ! » Lire le reste de cette entrée »

Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Entretien avec Chahdortt Djavann , par I. Moryoussef